Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience et améliorer les performances de notre site Web. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies.
Pour plus d'informations, consultez nos conditions et notre politique en matière de cookies.
Fermer Accepter les cookies

Comment maintenir un enseignement interactif à travers un écran ?

8 janv. 2021 .

Blog > Comment maintenir un enseignement interactif à travers un écran ?

À ce début de l’année 2021, la reprise des cours en présentiel est encore incertaine pour de nombreux établissements scolaires et universitaires. Le défi reste, pour la plupart des enseignants et des professeurs, à continuer d’enseigner en dépit du confinement, via un écran. Comme celui-ci est jusque-là l’unique solution qui permet de continuer la scolarisation, ce, à tous les niveaux, il convient de le faire dérouler dans les meilleures conditions possible. Une préparation minutieuse s’impose ainsi, surtout du côté de l’enseignant pour faire participer les élèves au cours tels qu’il est en présentiel.  

Voici comment s’y prendre pour maintenir un enseignement interactif malgré les mesures de distanciation et l’adoption massive de l’enseignement en ligne.

Qu’est-ce un enseignement interactif ?

L’enseignement interactif est une méthode d’enseignement qui consiste à créer des débats et des échanges entre les élèves pendant le cours. Il favorise la compréhension des notions expliquées chez les élèves et permet résoudre dans l’immédiat les difficultés d’assimilation existantes. Pour cela, l’enseignant pose des questions auxquelles les élèves répondent après en avoir discuté entre eux. Cela leur permet d’apprendre à argumenter, à chercher plus d’informations et à donner leur avis à propos. L’enseignant peut ensuite savoir si ses élèves ont bien compris le cours ou s’il lui faut expliquer encore plus et donner des exemples.

En effet, il peut être difficile de savoir pendant un cours magistral si les étudiants en ont retenu quelque chose ou non. Il arrive aussi les enseignants souhaiteraient interagir un peu plus avec leurs élèves, mais il est difficile de le faire un par un. L’adoption de l’enseignement interactif permet de pallier ce problème en favorisant les débats et les échanges entre eux. Ainsi, sous l’assistance de l’enseignant, les élèves s’entraident pour mieux comprendre le cours et pourront affronter sereinement les partiels ou les examens.  

Comment fonctionne un enseignement interactif ?

Quand l’enseignant aborde un thème relativement difficile, pour s’assurer que les étudiants l’ont bien compris, il réalise un questionnaire à choix multiples. Les élèves y répondent un par un et de manière anonyme via un dispositif de vote : un boîtier spécifique ou leur smartphone respectif. Le formateur dispose ainsi d’un ensemble de réponses différentes qui, si divergent beaucoup, nécessite une concertation entre les élèves pour trouver les bonnes réponses. Après quelques minutes, ils votent de nouveau, le professeur reçoit un autre histogramme de réponses. Généralement, celui-ci laisse paraître une meilleure compréhension du cours, à l’enseignant ensuite de les commenter et d’en corriger certaines. S’il est possible de répéter plusieurs fois cette séquence pendant un cours, l’enseignant peut aussi n’en faire qu’une seule à la fin de celui-ci.

Quel est le matériel utilisé pendant un enseignement interactif en présentiel ?

Divers matériels permettent aux enseignants de réaliser les sondages de leur enseignement interactif. Le plus utilisé reste cependant le boîtier de vote spécialisé qui est le plus facile d’usage. Le smartphone lui suit de près depuis l’avènement de ces outils de connexion mobile. Les enseignants utilisent avec, une application intégrée au LMS utilisé par l’établissement scolaire ou universitaire et grâce à laquelle gérer le vote.

Smartphone, tablette ou PC portable et PC de bureau s’y prêtent ainsi, le LMS permettant même de poser divers types de questions. L’usage d’autres équipements numériques pendant le cours devient d’ailleurs plus aisé grâce à cet outil. On parle des nuages de tags dynamiques ou des autres applications web qui favorisent l’interaction entre les élèves et le formateur pendant le cours.

Quels sont les types de questions à poser ?

L’enseignement interactif ne peut pourtant pas être efficace sans des questions pertinentes. Ce sont les questions écrites et qui sont déjà posées lors des précédents examens et partiels. Elles peuvent aussi avoir déjà été utilisées dans un tout autre domaine se rapprochant du cours. Généralement, elles vont 2 par 2 après la présentation de 10 minutes environ d’un concept important du thème abordé. À chaque fois, elles sont ensuite suivies de débats et d’explications si nécessaire.

Avant d’adopter cette méthode d’enseignement interactif, il faut ainsi l’essayer avec une première série de questions pour voir comment réagissent les étudiants. On ne peut donc pas être sûr d’en recevoir immédiatement les bonnes réponses, l’important est d’habituer progressivement les élèves à cette méthode. L’enseignant doit ainsi éviter de mettre la pression, aussi bien de son côté que de celui des étudiants. En y allant doucement, il peut appréhender l’efficacité ou non de l’enseignement interactif chez ses élèves et pour son cours.

Comment adopter l’enseignement interactif via un écran ?

Il reste maintenant à savoir s’il est possible de pratiquer l’enseignement interactif à l’heure où l’enseignement à distance à travers un écran prend le pas sur celui présentiel.

Apparemment, au regard des nombreux outils des nouvelles technologiques existants et qui favorisent l’interaction à distance, cela peut se faire. Il suffit de se servir de ceux qui permettent aux étudiants de répondre en temps réel aux questions à choix multiples proposés. L’affichage des réponses permet ensuite de reprendre les points difficiles à comprendre et qui nécessitent de laborieuses explications.

Les outils numériques au service de l’enseignement interactif à distance

Certes, l’enseignement en ligne n’est pas le moyen d’apprentissage idéal pour un élève ou un étudiant. Pour cause, il n’offre pas le même environnement d’apprentissage que celui de l’enseignement en présentiel. En effet, à distance, enseignant et apprenti ne peuvent se voir en face à face que par le biais d’un écran. Cela peut réduire fortement les échanges entre les deux. Crise sanitaire oblige, tout le monde doit pourtant faire avec, quel que soit le niveau de classe à atteindre ou le diplôme à décrocher.

Pour y arriver, il est conseillé de se servir des différentes fonctionnalités disponibles afin de minimiser les côtés négatifs de l’enseignement à distance. On en cite le fait de ne pas pouvoir lever la main ni de poser des questions de vive voix en direct, etc.

En effet, les fonctionnalités offertes par ces outils innovants permettent de rapprocher un peu plus de l’ambiance d’un cours magistral, celle d’une classe virtuelle. La seule différence est que tout se fait en ligne, via des écrans, celui de l’enseignant et ceux des étudiants respectifs. Cela nécessite évidemment une connexion Internet haut débit et constante pour des échanges de qualité.

Un terminal de connexion fixe ou mobile

Aussi, les terminaux de connexion fixe ou mobile sont les premiers outils indispensables pour maintenir un enseignement interactif à travers un écran. Ils doivent être dotés d’une webcam performante qui permet de voir clairement l’interlocuteur à l’autre « bout du fil », ici, l’enseignant. Si la plupart de ces matériels en disposent une, ce n’est pas le cas des ordinateurs de bureau ou des Mac. Certaines webcams intégrées ne disposent non plus que d’une résolution et d’une qualité d’image assez basiques, ce qui nécessite le recours à d’autres webcams plus performantes. On en cite celles de 1920 x 1080 pixels ou de 4096 x 2160 pixels (4 K) qui offrent une image plus claire, nette et détaillée. Il convient aussi de la choisir dotée d’un microphone antibruit, surtout, si on travaille dans un environnement assez bruyant.

Même si certains enseignants stressent à l’idée de montrer leur visage aux élèves, ils ne doivent pas ainsi s’y désister. Retrouver un visage familier permet à certains étudiants de ne pas se sentir trop dépaysés quand ils doivent continuer leur apprentissage en ligne.

Un logiciel pour partager les documents

Pour maintenir un enseignement interactif à travers un écran, l’usage d’un logiciel dédié au partage de documents est de ce fait indispensable. L’enseignant peut en effet être amené à préparer divers documents textes, tableaux, images, audio, vidéo et autres pour une meilleure compréhension de ses cours. Comme la plupart d’entre eux sont prévus à être partagés avec les élèves, un outil de partage de documents est requis. Le professeur doit donc concevoir ceux-ci avec des mises en page et des polices parfaitement lisibles pour que les étudiants puissent bien les lire sur leurs différents écrans.

Un outil pour le partage d’écran

Il arrive aussi que pendant le cours, le professeur ait besoin de partager en temps réel avec ses étudiants le contenu de son écran. C’est le cas lors des recherches sur Internet ou pendant les démonstrations de mathématiques sous GeoGebra par exemple. Quand il y fait des remarques ou des commentaires, les élèves doivent immédiatement les voir afin de mieux comprendre le concept expliqué.

Il en est de même du côté des élèves, quand l’enseignant doit corriger en temps réel leurs exercices et devoirs. L’utilisation d’un outil de partage d’écran favorise ainsi les échanges entre le formateur et l’apprenti, comme lors d’un cours en salle de classe, en présentiel.

D’autres outils en faveur de l’enseignement interactif

D’autres outils et fonctionnalités avec lesquels animer les cours en ligne et favoriser la participation des élèves au cours existent encore. Le microphone en fait partie, qui permet à ceux-ci d’échanger entre eux sur les questions posées afin d’en trouver les bonnes réponses. En effet, suivant le logiciel utilisé, l’enseignant peut ouvrir les micros quand nécessaire, notamment lors des concertations entre élèves. Il peut aussi les fermer et ne les rouvrir qu’à la fin du cours pour récolter les questions des élèves et y répondre.

Grâce au bouton « lever la main » qui envoie un signal visuel, un élève peut demander la permission de prendre la parole ou de poser une question.

Le tchat ou la messagerie instantanée permet également de poser les questions ou d’y répondre sans devoir interrompre le cours. Avec cette fonctionnalité, l’enseignant favorise aussi l’interaction entre lui et les élèves.

Une bonne organisation pour favoriser l’interaction dans l’enseignement à distance

Pour que tous les élèves puissent pourtant être présents et participer au cours en ligne, une bonne préparation s’avère nécessaire. Cela permet à l’enseignant d’avoir le maximum d’audience, donc le maximum d’interaction.

Il doit en premier fixer une heure précise pour le cours à distance. En effet, les horaires des cours en ligne peuvent différencier de ceux de l’emploi du temps habituel en présentiel. L’enseignant doit ainsi en informer ses élèves des jours à l’avance et le leur rappeler la veille. Il doit aussi leur demander de se connecter 10 minutes avant le début de la visioconférence pour résoudre les éventuels problèmes de fonctionnement de micro ou autres. Il ne doit pas oublier de leur envoyer à temps le lien de connexion pour pallier d’autres soucis de connexion ou autre avant le début du cours. Ainsi, il évite les pertes de temps inutiles dans les menus réglages à faire tels que l’ajustement du volume du micro ou de l’inclinaison de la webcam, etc.

Si un cours avec un autre groupe d’élèves doit avoir lieu juste après, il doit suffisamment espacer les deux séances pour que les deux groupes ne se dérangent pas entre eux. D’ailleurs, une séance doit durer au maximum une heure, si au-delà, les élèves risquent de ne plus se concentrer à 100 %.

Le professeur doit ainsi leur fournir préalablement tout ce qu’il faut savoir à propos :

  • le thème à traiter,
  • les informations à chercher sur le Net,
  • les exercices à traiter,
  • si une interrogation orale ou écrite a lieu, etc.

Cela les incitera à faire des recherches préalables et à mieux s’y intéresser vu qu’ils en ont déjà une certaine idée. 

Les outils d’évaluation ou de sondage en ligne pour l’enseignement interactif via un écran

Un large panel d’outils innovants existe ainsi pour permettre à l’enseignant d’organiser au mieux son enseignement interactif à travers un écran. Ce sont des outils de sondage ou d’évaluation en ligne avec lesquels concevoir les séries de questions et recevoir leurs réponses.

Google Form

Google Form est l’un d’eux, une application web proposée par Google Drive et avec laquelle l’enseignant peut poser des séries de questions à ses élèves. Il y dispose de différents types de formulaires qu’il peut personnaliser à volonté. En les envoyant à ses élèves, il en obtient rapidement des réponses, une méthode qui ne demande guère de temps par rapport à l’usage de boîtiers. Il ne lui reste ensuite qu'à dresser les réponses sous forme de graphique et de leur renvoyer encore le formulaire selon le nombre des bonnes et mauvaises réponses reçues. Un simple compte Google permet d’y accéder, Google Form s’intègre d’ailleurs parfaitement avec Google Calssroom.

Google Document

Google Document en est un autre, un outil avec lequel faire réagir les élèves durant les cours à distance. En effet, en concevant ses documents avec cet outil, l’enseignant permet à ses élèves d’y réagir avec des commentaires ou des questions.

Cet outil facilite en outre la modification intelligente des textes et de leurs paragraphes. Il permet aussi l’ajout de liens et d’images aux documents afin de les rendre plus compréhensibles. Il les rend par ailleurs accessibles n’importe où et permet aux étudiants d’y travailler simultanément. Toutes les modifications apportées sont enregistrées automatiquement, son historique permet de consulter les versions antérieures des documents.

Survey Monkey

Survey Monkey, une autre application web permet aussi à un enseignant de créer des séries de questions pour évaluer la compréhension de ses cours par ses étudiants. Il est l’un des outils les plus utilisés actuellement, aussi bien des entreprises que des professionnels s’en servent pour connaître le taux de satisfaction de leurs clients. Les formateurs s’en servent aussi pour appréhender le niveau de compréhension de leurs formations par les apprentis. En fonction, ils améliorent leurs présentations ou les rendent encore plus explicites d’une manière ou d’une autre.

Quizlet

Avec Quizlet, un outil spécifiquement dédié à l’enseignement, un professeur peut créer des cartes mémo et des exercices interactifs. Grâce à lui, un élève peut aussi accéder aux fiches d’études créées par d’autres élèves via une simple recherche. Il facilite ainsi la révision en ligne de toutes les matières grâce aux différents modes de conception des fiches d’étude : apprendre, associer, écrire, dicter... Il peut afficher immédiatement ou plus tard les bonnes réponses afin de faire réfléchir les élèves. Sa version payante aide l’enseignant à la conception des quizz auxquels les élèves répondent via leur appareil numérique.

Classkick

Classkick est une application qui a le mérite d’être gratuite alors que peut être utilisée aussi bien sur un PC de bureau que sur les smartphones et les tablettes. Avec, un enseignant peut créer préalablement des questionnaires pour des simples exercices ou pour des évaluations. Il peut même y ajouter des liens URL, des textes, des vidéos ou autre, il lui suffit de communiquer aux élèves un code pour que ceux-ci puissent y accéder.

Grâce à cet outil, le professeur peut ainsi voir ce que chaque élève fait sur le document en question. Celui-ci y dispose d’un bouton avec lequel poser une question si quelque chose ne lui semble pas clair. Une fois que les élèves répondent aux séries de questions, l’enseignant accède d’emblée à un tableau de bord qui lui permet de voir l’évolution de chacun.

Cette application n’est toutefois disponible qu’en anglais, mais cela ne constitue pas un frein à son usage. Quoi qu’il en soit, l’enseignant peut s’en servir pour réviser le cours qui a été fait, ou vérifier ce que les élèves en ont retenu. L’outil peut aussi servir à effectuer une évaluation formative ou certificative ou encore à poser des questions et y répondre sur un texte, un audio ou une vidéo...

Malgré l’adoption de l’enseignement à travers un écran, il est toujours possible de le rendre interactif grâce à l’usage de ces outils qui ont déjà fait leurs preuves dans d’autres domaines. Sinon, comment faites-vous de votre côté ?

Vous avez aimé cette article?


Commentaires