Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience et améliorer les performances de notre site Web. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies.
Pour plus d'informations, consultez nos conditions et notre politique en matière de cookies.
Fermer Accepter les cookies

Quel avenir pour les cours particuliers en ligne ?

21 août 2020 .

Blog > Quel avenir pour les cours particuliers en ligne ?

Les cours particuliers en ligne se sont fortement développés ces dernières années. 

Aujourd’hui, tout le monde ou presque dispose d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un smartphone. 

La demande en soutien scolaire ne faiblit pas. Les familles sont en effet prêtes à consacrer un budget conséquent pour assurer la réussite de leurs enfants, dans un contexte marqué par un manque de confiance dans l'Éducation nationale, une dégradation du niveau scolaire et une crise sanitaire sans précédent. 

Comme nous le savons déjà, les cours particuliers en ligne, offrent divers avantages tant pour les enseignants que pour les élèves. 

Pour le tuteur cela représente un véritable gain de temps, au niveau des déplacements, ce temps perdu dans les transports peut être l’opportunité de se former ou tout simplement d’assurer plus de cours particuliers en ligne. 

Il lui permet également une plus liberté, il lui sera ainsi plus facile de s'organiser en fonction de son agenda et de choisir les horaires qui lui conviennent. 

L'élève quant à lui, n'a plus à soucier de l'accueil du tuteur pour un cours particulier à domicile. 

En internat ou en foyer, avec le plan vigipirate, il n’est plus autorisé d’avoir des invités extérieurs dans l’enceinte de l’établissement comme c’était possible par le passé.

 Dans ce contexte, nous pouvons nous poser la question suivante : Quel avenir pour les cours particuliers en ligne ? 

Le soutien scolaire répond à une problématique importante Les cours particuliers, le soutien scolaire, l’accompagnement personnalisé permettent de répondre à un besoin d’aide ponctuelle dans le travail scolaire. 

Certains élèves ressentent le besoin de combler des lacunes, d’approfondir les acquis ou d’avoir un suivi personnalisé complet. 

D’autres sont demandeurs de cours particulier pour travailler un chapitre particulier. 

D’autres encore en ont besoin pour rattraper des retards afin de pouvoir progresser ou tout simplement pour superviser les devoirs à la maison.

 Dans la pratique, il y a deux catégories d’élèves, ceux qui sont demandeurs, ces derniers n’ont aucun mal à suivre attentivement les conseils de leurs tuteurs et sont motivés pour réussir. Et ceux qui ont été obligés par leurs parents de suivre des cours particuliers.

 Pour ces derniers, les tuteurs ne peuvent pas faire grand chose, étant donné que l’élève vit ce suivi comme une corvée, il y a donc très peu de chances qu’il en tire le moindre bénéfice. 

Dès lors que le soutien scolaire répond à une problématique existante et que le besoin est exprimé par l’élève, une véritable relation de confiance peut alors s’instaurer entre le tuteur et son élève. Le soutien scolaire en ligne a été renforcé avec la crise sanitaire En France, 300 000 élèves ont été privés d'école suite à la crise sanitaire du Covid-19. 

Avant cette crise, les utilisations d’Internet étaient omniprésentes dans tous les métiers, un peu moins dans les services publics et curieusement moins encore pour l’enseignement, comme si l’École voulait se maintenir hors de la société. Avec le contexte actuel, les pratiques numériques de manière générale et l’école à distance commencent à se banaliser. Beaucoup de professeurs se sont vus obligés de s’organiser selon leurs propres moyens ( sur Zoom, Google Meets, ou autres) du fait d’une mise en place poussive des services officiels associés censés maintenir une continuité pédagogique en France. L’essor du net et les services de mise en relation renforcés par la crise sanitaire ont permis un formidable essor des cours particuliers. D’autant plus que cette situation de crise survient dans un contexte de crise mondiale des apprentissages : de nombreux élèves scolarisés n’acquièrent pas les fondamentaux destinés à les préparer à la vie. Selon l’indicateur de “pauvreté des apprentissages” mis au point par la banque mondiale, 53% des enfants de 10 ans dans les pays en développement ne sont pas en mesure de lire et comprendre un texte adapté à leur âge. La pandémie qui sévit actuellement risque d’aggraver encore davantage cette situation si les parents n’agissent pas rapidement.

Vous avez aimé cette article?


Commentaires